mercredi 25 janvier 2012

L'insigne de soldat auxiliaire

Groupe de soldats auxiliaires
Qu'est-ce que le service auxiliaire dans l'armée française à l'époque de la Grande Guerre ?

C' est un service non armé , destiné à l'intérieur du front : on y retrouve des " soldats " qui en principe ont été ajournés , dispensés mais pas définitivement . Avec la guerre, ils repassent "la révision" pour maintenir ou non leur dispense. S' ils ne sont pas exemptés à nouveau, ils sont versés dans le service auxiliaire . Leur "travail" consiste à venir en aide aux combattants ...
On les trouve dans le service automobile (parfois dans des régiments d' artillerie ou de génie), hôpitaux , habillement , équipement , construction et réparation de voies ferrées, de lignes télégraphiques, ambulance, subsistances, transport, état-major, bureau de recrutement, harnachement ...etc Ils viennent en complément de l'armée régulière .

Les soldats auxiliaires, en principe, sont (sauf piston) de mauvaise constitution, trop petits, ont une mauvaise vue, des pieds déformés ou encore, sont des blessés mal remis et comme chez les territoriaux, des trop vieux pour le service actif....

En ce qui concerne les insignes présentés sur l'article, on peut retenir que le premier modèle AX est tissé mais la grande majorité semble avoir été fait à l' emporte pièce. C'est du fil rouge sur fond bleu noir , voire noir (sur la veste Ras Cul d'entrée de guerre).
De plus, suivant les fabrications il peut être gris de fer bleuté comme la couleur de la capote et cousu parfois sans distinction sur l'un ou l'autre vêtement sur le bras droit à l'instar de l'éclaireur de cavalerie. Il est cousu à égale distance du coude et de l'épaule. Les lettres AX se trouvent à l'intérieur d' un cartouche de même couleur ( rouge ).



L' insigne AX sur le tissu bleu horizon est tissé (parfois découpé) pour les premiers modèles en fil rouge, voire parfois orangé). Par la suite avec l'arrivée plus massive du bleu horizon l'insigne devient bleu foncé  avec cartouche de la même couleur, pour une question de discrétion. Mais en septembre 1917, l'insigne est défini ainsi : écusson découpé à l'emporte pièce en drap garance avec encadrement. On peut donc penser que l'usage a fait que des insignes se sont retrouvés de couleur bleue et que d'autres sont restés de couleur garance.

De plus s'il y a un ou plusieurs chevrons de blessures, l'insigne est placé à 1 cm au dessus de ceux-ci.

Sur le tonneau, on peut voir une année : 1915, mais il est difficile de dire si l'image date de 1915 ou si elle est postérieure.

Pour en savoir plus sur le sujet, rendez-vous sur l'excellent Forum Pages 14/18

Texte : Michel Japin
Photo : collection privée Daneck Mirbelle (reproduction interdite)

jeudi 19 janvier 2012

Je vais être aidé

Pour m'aider à publier ce blog, qui est désormais référencé sur des sites nationaux :

http://www.curiosphere.tv/video-documentaire/25-histoire-geoetcivilisations/106986-reportage-pierre-miquel-le-11-novembre-1918  => Blog complet sur la Grande Guerre

 http://combattant.14-18.pagesperso-orange.fr/liens.html => en savoir plus sur .....

et aussi pour pouvoir vous présenter des articles encore plus précis, sur les uniformes, le matériel .... j'ai demandé à un ami, Michel Japin, spécialiste de la Grande Guerre, roi de la petite et de la grande Histoire, jamais avare d'anecdotes. Il sait captiver son auditoire, notamment en direction des plus jeunes, comme il le fait parfois dans les classes.

Il m'aidera donc à rédiger les articles, m'apportant ses conseils importants.

Michel Japin, dans ma classe en mars 2010


Je le remercie par avance.

mercredi 18 janvier 2012

Territoriaux du 82ème RIT

Dans la série "les enfants dans la guerre, les enfants de la guerre", voici une photo de Gardes de Voies de Communications (ici, GC) appartenant au 82ème Régiment d'Infanterie Territoriale d'Ancenis.

GVC du 82ème RIT
Ils sont équipés de fusils Gras, le soldat debout à gauche porte une cartouchière du modèle de 1882. 
Le soldat assis qui pose avec la capote du modèle 1877 au centre de l'image, porte des galons de sergent. Les tenues "blanches" que l'on voit sur les images sont des tenues de travail, appelées "bourgeron de treillis". D'autres soldats sont vêtus de bric et de broc, avec même des vêtements civils !

Ces hommes qui sont déjà âgés, sont affectés à des postes de surveillance des chemins, des routes, des voies de chemin de fer, des ponts, ....

mardi 17 janvier 2012

L'insigne de mitrailleur

Servant de mitrailleuse St Etienne


Nous avons affaire ici à des servants de mitrailleuse St Etienne, probablement à l'instruction. Debout se trouve un sergent, mais est-il à l'instruction ou instructeur lui-même ? Il ne porte en effet pas sur sa vareuse l'insigne de sous- officier instructeur, soit les 2 canons croisés brodés en fil d' or (fil argent notamment chez les chasseurs) et porté uniquement sur le bras gauche à égale distance du coude et de l' épaule. 
Un 2ème sergent est allongé près d' un soldat du 4ème zouaves et il est difficile de savoir si sa tunique modèle 1897 a reçu l' insigne d' instructeur. Peut-être le sous-officier instructeur est-il derrière l'appareil photographique, afin d'immortaliser ce moment ?
Insigne de tireur-pointeur


Quant au caporal à droite il porte l' insigne à grenade et canons croisés de tireur pointeur tissé en fil écarlate sur fond bleu-horizon, tissé ensuite en fil bleu foncé.

Mitrailleurs du 116ème Régiment d'Infanterie, campagne 1914-1915-1916


Ces militaires du 116ème RI portent des insignes de mitrailleurs (ou de chef de pièces mais sans  galons de caporal au bas des manches).... Les insignes sont de l' ancien modèle écarlate sur fond "gris de fer bleuté" (ou noir) ... 
Le soldat assis au centre en tunique a cousu une brisque ou chevron de présence au front. Cette photographie a été prise en 1916 et les chevrons ont été instaurés à partir de mai 1916 , faisant de ces soldats des brisquards, briscards ou des chevronnés ..... 

Photographies : collection personnelle de Daneck Mirbelle
Textes : Michel Japin

mercredi 4 janvier 2012

Insigne de pontonnier de première classe

Les pontonniers sont chargés du franchissement des cours d'eau et appartiennent à l'arme du génie. Ils ont à leur disposition différents matériels afin de monter leur pont : chariots de transport, bateaux de navigation, portières .... Ces dernières sont des ensembles comportant au minimum deux bateaux portants et une travée.

4ème Régiment du Génie en 1912

L'insigne de pontonnier de première classe a été créé en 1897. Il est remis aux pontonniers jugés les plus habiles dans la manœuvre de pontage et dans la navigation. On peut le voir porté sur la manche gauche des deux sapeurs, assis aux deux extrémités. La carte a été écrite de Besançon le 3 octobre 1912, par le caporal Levistre, appartenant à la compagnie 7/3. 
Il faut également noter que le caporal assis en deuxième à droite porte quant à lui un prix de tir, remis aux meilleurs tireurs du régiment.

Pontonnier de première classe, 4ème Régiment du Génie, 1914

Le sapeur qui pose ici, photographié en 1914, porte les attributs du sapeur de première classe (un galon à chaque manche). Il porte l'insigne des pontonniers sur la manche gauche. Il faut également noter qu'il porte des effets de la tenue des troupes alpines, à savoir la taillole (ceinture de laine) et la tarte. C'est probablement parce que notre sapeur se trouve à Grenoble quand il écrit sa carte. Dans sa carte, adressée à sa soeur, Gabrielle Chaussard habitant Rumilly, il explique qu'il porte ses galons de "premier canard" et premier pilote.

L'insigne de pontonnier de première classe


Pour plus d'informations, consultez le magazine Guerres, Blindés et Matériels n°98, 4ème trimestre 2011 avec un article de François Vauvillier.

lundi 2 janvier 2012

Insigne de cycliste

2 cycliste du 147ème R.I.
Ces deux cyclistes du 147ème RI sont tous les deux décorés de la Croix de Guerre, avec deux citations (2 étoiles sur le ruban) à l'ordre du régiment, de la brigade, de la division ou du corps d'armée. Ils ont tous deux plusieurs années de présence au front, en témoignent ces brisques au-dessus des insignes.

Insigne de cycliste surmonté de chevrons de présence au front
On peut connaître le nombre d'années de présence au front en comptant le nombre de brisques présents sur la manche.

Une année => une brisque
puis une brisque pour chaque semestre.
Donc ici, ce cycliste totalise 3 années de présence au front.

Michel Japin, collectionneur et spécialiste de la Grande Guerre m'a apporté les précisions suivantes :

A droite de la photo, nous avons assurément un caporal. La photo peut être datée de 1917/1918, au vu du nombre de chevrons et des ronds de bataillon que le soldat de gauche porte au col. Le rappel de médailles porté à côté de la Croix de Guerre est l'insigne des blessés, la médaille n'apparaissant qu'après-guerre. 

De nouvelles précisions quant à l'insigne des blessés : 

L' insigne des blessés a été créé par une loi (sur une idée de l' écrivain Maurice Barrès) le 11 décembre 1916 . 
Il s' agit d' un petit ruban rectangulaire tissé (à coudre ou à agrafer) composé de 4 couleurs sous forme de raies et de liserés, soit une raie centrale rouge encadrée de jaune, de blanc et de bleu . Sur la raie centrale vient se fixer une petite étoile émaillée rouge. Parfois on peut rencontrer 2 étoiles. Il s' agit d' un soldat qui montre ainsi qu' il est titulaire de plusieurs blessures ( en plus des chevrons  ou en l' absence de ceux ci ). La médaille des blessés reprenant le ruban et l' étoile émaillée rouge ne sera créée qu' en 1920 .

Insigne de télégraphiste

Télégraphiste

Le soldat de gauche porte sur sa manche l'insigne de spécialité des télégraphiste.

Insigne de spécialité de télégraphiste, porté sur la manche gauche

Insigne de l'aviation

Groupe posant devant des baraquements appartenant à l'aviation



Ces soldats portant différents outils sont probablement affectés à des tâches de maintenance, de construction, ... qui sont probablement plus "tranquilles". La carte est annotée au dos "nous prenons la pose devant les baraques de l'aviation". Le caporal tout à gauche porte l'insigne de spécialité de l'aviation, toujours sur le bras gauche.

Insigne de l'aviation

Insigne de fusil-mitrailleur Chauchat

Servant de fusil-mitrailleur "Chauchat", appartenant au 245ème R.I.





Insigne de mitrailleur "Chauchat" porté sur la manche gauche